Manahoana,

 

Eh oui, ça y est ce soir ma mission se termine au collège Sainte Famille.

Ce matin j'ai un cours puis un autre à 14 h et ensuite je travaille avec soeur Françoise.

Ce matin Henry  décide de m'accompagner et comme il n'a pas plu depuis jeudi matin, il est possible de prendre le raccourcis à travers les rizières. Je connais mieux le chemin que lui et pourtant il vient 2 fois par an à Mahazaza !  Compte tenu de la pluie, cette année nous sommes très peu passées par là avec Mandrika et donc j'apprécie toujours autant les paysages. Evidemment Henry prend des photos comme d'habitude il ne peut pas s'en empêcher.

Avec la classe de ce matin, je dois apprendre aux enfants l'ensemble des termes concernant la toilette (dentifrice, brosse à dents, peigne, etc....) pas évident à expliquer mais je pense avoir réussi malgré tout.

L'après midi, soeur Elvine n'est pas là aussi je ferai le cours toute seule. Il s’agit de la classe de 8ème. Je leur  demande de reprendre leur cahier de Français et je poursuis les révisions sur la conjugaison et l’utilisation de l’auxilliaire être et avoir. Cet après midi ils sont hyper turbulants c’est impressionnant et je n’arrête pas de leur demander  d’arrêeter de bavarder et  de bouger. Au bout d’un moment, je n’en peux plus aussi, pour terminer l’heure, je fais une petite dictée. C‘est tout ce que j’ai trouvé pour les calmer, tant pis pour eux  mais ça marche, ouf !

Soeur Françoise m’attend à la fin du cours et nous travaillons donc ensemble jusqu’à 17h15. Que c’est agréable de travailler avec des personnes motivées pour apprendre , ça n’a  rien à voir avec les classes de 40 élèves bien évidemment.

A 17h15 je lui indique que j’arrête car comme c’est ma dernière journée je veux rentrer à pieds pour profiter encore des paysages et je ne veux pas prendre le risque de rentrer de nuit.

Je traverse une dernière fois le petit village d’Antanetibe et croise les même commerçants devant leur étales. Je  m’arrête même pour discuter avec Roland avec qui j’avais fait des plantations en 2014 ou 2015.

Les couleurs de la nature à cette heure-ci sont vraiment particulières et les rizières affichent un vert qu’on ne retrouve pas à un autre moment de la journée.

A l’avenir , je n’emprunterai plus cette route de la même façon en prenant mon temps et en évitant les ornières,  les flaques d’eau et de boue . Dans deux ans ,lorsque je reviendrai la route devrait avoir été refaite par les Chinois. J’ai donc dit à Estelle que si c’était le cas qu’elle me cherche un vélo pour aller au collège et ainsi je gagnerai un peu de temps.

Par conte, ce sera certainement plus dangereux car les Malgaches conduisent vraiment très mal que ce soit en voiture ou en skooter. Ici pas de code de la route et tout le monde fait ce qu’il veut. Pas besoin de BSR pour rouler en skooter non plus. On voit très souvent de très jeunes garçons conduire un skoot et bien sûr sans aucune protection. Compte tenu des fous du volant que je vais croiser, j’aurai certainement intérêt à porter un casque mais on risque de me regarder bizarement. Ici on n’a certainement jamais vu quelqu’un avec en porter un !

 

Lorsque j’arrive à la maison des bénévoles j’entends les filles chanter. Elles sont dans la bibliothèque et ont improvisé un Karaoké . Je les rejoints avant de préparer ma valise pour notre départ en vacances demain matin.

Henry nous rejoint puis quelques temps après Fano arrive également. Nous passons de délicieux moments à chanter et à rire tout en  filmant et en prenant des photos bien sûr. Je chante toujours aussi mal mais ça m’est totalement égal car ces moments sont tellement agréables et  inoubliables.

P2280844

P3010862

P3010880

P3010893

P3010910

es. Ce sont souvent ces moments improvisés qui s’avèrent être les meilleurs . Ma mission est terminée et j’ai hâte de partir en vacances. Nous dinons en famille , faisons notre valise et au lit. Demain, notre guide arrive tôt pour notre départ vers la cote Ouest.

 

Veloma

Bakely