Ma mission à Mahazaza

23 février 2017

Dimanche 19 février : mon dernier jour à Mahazaza

P2190045

P2190068

P2190070Manahoana,

 

Ce matin, nous passons du temps autour du petit déjeuner à discuter. Une surprise nous attend,  Tanjona a préparé un gâteau au yaourt, la même  recette  que  ceux faits vendredi. Il est parfaitement bien  réussi. Elle est fière d’elle et c’est normal. En plus il est délicieux. L’atelier pâtisserie de vendredi a eu du succès.

Lorsque Henri est présent à la maison des bénévoles, il est très sollicité. Ce matin, il reçoit des enseignants d’une école privée du village qui vient juste d’ouvrir ses portes. Ils aimeraient pouvoir venir à la bibliothèque avec les enfants le vendredi après midi. Puisque celle-ci appartient à l’association, ils sollicitent l’accord d’Henri. Je trouve ça bien si d’autres écoles peuvent accéder à cette bibliothèque. Pour le moment, en dehors des bénévoles qui viennent à Mahazaza, Estelle n’a pas le temps de  l’ouvrir pour accueillir et travailler avec les enfants. Autant en faire profiter les élèves qui pourront venir accompagnés des  enseignants. Par contre, il y a bien sur des règles à mettre en place et c’est ce dont Henri discute avec les professeurs.

Je vais acheter quelques boissons et des amuses bouches pour mon dernier repas avant mon départ et Tanjona a préparé des beignets de courgettes. Ils sont vraiment très bons. Moi aussi, j’ai récupéré  une recette, celle des beignets de poivrons farcis. J’avais beaucoup aimé. Par contre, il faut des petits poivrons et je ne sais pas si on peut en trouver chez nous.

Après le repas nous prenons le soleil et faisons quelques photos « souvenirs » avec quelques jeunes et bien sûr Tanjona et les enfants.  Je sens bien qu’elle est triste de me voir partir.

Fano arrive avec sa 4L, comme prévu vers 14/14h30 pour m’accompagner à l’aéroport. Estelle et Henri seront également du voyage. Je ne m’étendrai pas sur les au revoirs car ils sont douloureux. Je sais pourtant que j’aurai des nouvelles de tout le monde mais malgré tout après ces 2 semaines très agréables, c’est une déchirure.

Nous prenons la route et retrouvons les mêmes immenses ornières sur les pistes. J’ai l’impression que c’est pire qu’à l’aller, nous ne pouvons pas rouler à plus de 10 ou 15 km /heure jusqu’à ce qu’on récupère le tronçon goudronné. La prochaine  fois que je viendrai à Mada, cette route sera refaite et j’espère qu’elle sera encore en bon état.

Nous arrivons  à l’aéroport, j’embrasse une dernière fois mes amis et  je m’installe dans un restaurant pour bouquiner en attendant mon vol.

L’avion désole à l’heure c'est-à-dire vers 2h du matin. Ce vol est idéal car nous voyageons de nuit  et j’arrive ainsi à Nantes en tout début d’après midi.

Le repas qui nous est servi  à bord est un menu à l’occidental qui n’a aucun goût. Les bons petits plats de Tanjona me manquent déjà,  elle cuisine vraiment très bien. D’ailleurs, cette année je ne pense pas avoir maigri même en faisant mes 40 mn de marche matin et soir.  Heureusement, le dessert c’est de l’ananas et il est exquis, j’ose espérer qu’il vient de Mada.

J’atterris en écoutant une chanson que j’aime beaucoup (à défaut d’avoir Cold Play à notre disposition) ; Il s’agit de With or Without You de U2. La chanson est très belle mais triste et je pense à mes amis que j’ai quittés il y a quelques heures, aux sourires des enfants, aux Sœurs de l’Ecole Sainte Famille et à tous ceux que j’ai croisé au village de Mahazaza. Mais bon, je sais que je les reverrai c’est certain. Et puis, je vais retrouver Jean Mi, toute ma famille et tous mes amis que j’aime…..

A chacun de mes séjours à Mada, je suis partie pour donner. Donner de mon temps et me rendre utile. Aider les autres et faire en sorte que leur quotidien s’améliore.  En fait, les enfants et toutes les personnes que j’ai  rencontrées  m’ont rendu au centuple le peu que j’ai pu offrir, par  leur enthousiasme, leur générosité, leur chaleur, leur joie de vivre malgré très souvent  pour certain des conditions de vie  difficiles et précaires.

Ces deux semaines m’ont paru à la fois courtes et finalement longues : courtes car j’aurais aimé passer encore plus de temps avec mes amis, les enfants et les Sœurs. Longues parce que j’ai l’impression d’avoir fait encore plus de choses que les années précédentes, parce que j’ai fait de nouvelles rencontres et que j’ai malgré tout pris quand même le temps d’apprécier chaque instant et de profiter pleinement de mon séjour  à Mahazaza. Eh oui, là bas  on prend le temps de vivre et la devise « moura moura » s’applique bien parfaitement.

Henri m’a proposé ainsi qu’à  Daniel et Mathieu,  que nous nous retrouvions tous les quatre sur Nantes ou en Vendée.  Pourquoi pas. Je pourrai essayer de faire la recette des beignets de poivrons de Tanjona, le jus d’ananas frais de Tanjona mais tout ça n’aura jamais les mêmes saveurs qu’à Mahazaza. Il nous manquera toujours le soleil de Mada,  cette ambiance particulière qui règne et qui nous donne envie d’y retourner.

La vie continue, j’ai repris le travail comme prévu mardi matin. Comme par hasard, aucune des voitures n’a voulu  démarrer ce matin là, quelle  coïncidence !  Bref, nous avons cependant trouvé une solution pour quand même aller travailler même si de mon coté ma tête n’était pas vraiment au travail mais encore dans un petit village nommé Mahazaza…

Lundi soir, j’ai reçu un sms d’Estelle m’indiquant que le reportage réalisé par les journalistes de TVM  samedi à notre  grande fête était passé au journal de 20 heures. Si vous souhaitez le voir, taper You tube TVM journal de 20 h le 20 février 2017 (le reportage commence environ à la minute 24). Ce qui est : dommage, c’est que  tout le reportage est en malgache sauf lorsque je parle. Les journalistes ont fait des coupes franches, y compris des  questions posées. Tant pis, l’important c’est qu’on parle de l’association,  c’est le principale, n’est-ce pas Henri ?

J’espère que vous ne vous êtes pas trop ennuyé à me lire. Il est vrai que je suis un peu bavarde. J’aurais pu en dire encore plus sur le mode de vie des habitants, sur Mahazaza, sur les enfants, etc..mais l’intérêt n’est pas de tout raconter mais simplement de vous évader ne serait-ce qu’un instant sur l’Ile Rouge et de vous donner envie de la découvrir. Lorsque je retournerai à Mada j’ai envie d’y rester un peu plus longtemps. J’aimerais  pouvoir voyager un peu , découvrir d’autres régions et surtout la fameuse Nationale 7 et ses magnifiques baobabs.

Je mets quelques photos sur un album intitulé Mon 3ème séjour à Mahazaza. Vous pouvez le visionner à droite du texte.

 

Veloma

Bakely

 

Posté par Mission Mada à 22:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 février 2017

Samedi 18 février : une fête vraiment réussie et mémorable

P2180028

P2180135

P2180274

Manahoana,

 

Bien que nous nous levions très tôt, vers 6h30, la matinée a été nécessaire compte tenu de tout ce qui restait à faire. Même si les Malgaches ne sont pas les « rois de l’organisation » tout se passe bien et la répartition des tâches se fait naturellement.

Avec Estelle, nous avons terminé la répartition des lots et  puisque nous avions de nombreux objets (vêtements, fournitures scolaires, stylos, bloques notes et  articles divers) nous avons fait le choix de récompenser les  5 premiers de chaque catégorie. Nous avons donc attribué des lots à 15 jeunes puisque’il y avait 3 catégories ; poème en malgache, poème en français et dessin. De plus, l’association offre les frais de scolarité pour une année au 1er prix de chaque catégorie.

Puis nous avons aidé Tanjona à faire le jus de fruit frais. Dans la mesure où  150 jeunes ont participé au concours, nous nous attendons à avoir plus de  200 personnes. Il faut donc  préparer suffisamment à boire. Généralement, tout le monde se rue sur la nourriture et les boissons dans ce type de manifestation.  Les années précédentes, nous avions acheté des boissons. Si le nombre de présents avoisine les 200 personnes, nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter des boissons, cela coûterait  beaucoup trop cher.

Tanjona a pressé les ananas, nous en avons  9 et avons pu faire 28 litres de jus de fruits en rajoutant simplement de l’eau préalablement bouillie et du sucre.

Henri de son coté a récupéré les clés de la cantine scolaire et décoré la salle aidé de nombreux adultes et jeunes du village ou des villages environnants. La sono est également installée ainsi que les tables et chaises.

Tanjona prépare également le déjeuner car tous ceux qui ont aidé aux préparatifs vont déjeuner à la maison des bénévoles. Comme je vous l’ai déjà dit dans un article précédent, les Malgaches sont très accueillants et conviviaux. C’est naturel et surtout dans leur culture, aussi tous ceux qui ont participé à la préparation restent déjeuner.  Nous avons prévu de déjeuner vers 11h30 car ensuite, il faudra emporter  tout ce qui concerne la nourriture, les lots et autres accessoires. Heureusement, nous n’avons que le chemin à traverser.

Finalement, nous déjeunons  vers 12h15 environ et la cuisine est bien sûr trop exigue pour accueillir cette grande famille de bénévoles. Les photos parlent d’elles-mêmes : il faut très beau, la nourriture est délicieuse et nous passons un moment de pur bonheur  à manger dehors sur l’herbe. Il y a de l’ambiance, plus d’enfants que d’adultes et les Malgaches sont vraiment très très bavards. En dehors des fêtes pour le concours de la Saint Valentin, je n’avais jamais vu autant de monde « à table » à la maison des bénévoles. Tanjona a préparé 4 kg de riz, des salades, de la viande et des légumes. Il y a suffisamment de nourriture pour assouvir la fin des travailleurs.

Les Malgaches adorent faire des photos et être pris en photos mais ils adorent aussi chanter et principalement les Karaoké. Lors de l’installation de la sono dans la salle, nombreux sont les jeunes qui s’exercent à chanter.

En Vendée, nous avons le quart d’heure Vendéen  et à Mada, on pourrait dire l’heure Malgache. Nous partons avec toutes nos victuailles,  il est déjà presque 13h (l’heure à laquelle la fête devait débuter) et tout le monde s’active pour les préparatifs. Nous coupons les nombreux gâteaux préparés la veille pour les disposer dans des assiettes et nous préparons également les autres bonbons et amuses gueule.  La salle est décorée avec de jolis cœurs collés sur les murs : c’est la fête de la Saint Valentin ! Henri a également accroché  la très  grande et très belle banderole de l’association sur le mur.  Il a également tenu à afficher et c’est normal l’ensemble de nos partenaires et c’est bien normal. Ils sont nombreux et la liste ne fait qu’augmenter d’année en année.

Henri, Mr Bonheur et  les autres représentants du village en profiteront également pour souhaiter la bonne année à tous ceux présents aujourd’hui. Ici, on ne s’arrête pas de souhaiter la bonne année au 31 janvier, on va bien au-delà. Il y a 2 ans d’ailleurs j’avais participé aux vœux de bonne année qui étaient pendant mon séjour et qui avait rassemblé toutes les personnes influentes de la commune Mahazaza/Antanetibé qui compte 18 quartiers je crois.

Les familles arrivent petit à petit et tout le monde s’installe. En même  temps, ceux qui aiment chanter profitent du  karaoké. L’ouverture officieuse de la journée est réalisée par Monsieur Bonheur, personnalité à Mahazaza et bien sûr Henri, le Président de l’association. Henri me demande aussi de dire quelques mots car je suis à l’origine de cette fête puisque j’ai mis en place le concours il y a déjà 3 ans. Il s’agit là de la 4ème édition.

Entre temps, les Sœurs de l’école Sainte Famille sont arrivées et cela me fait vraiment très plaisir.

Henri s’attend à ce qu’il y ait beaucoup plus de monde que d’habitude compte tenu du nombre de participants multiplié par 3 cette année. Aussi, il a demandé à la TV Malgache de venir nous filmer. Ils doivent arriver pour 15h30, aussi en attendant d’annoncer les gagnants au concours, le karaoké fait des heureux. Henri connaît du monde à la TV et des petits films ont déjà été réalisés et diffusés à la télé. . Deux  techniciens de TV Madagascar arrivent à l’heure prévue  et nous débutons donc l’annonce des gagnants au concours. Nous devons faire vite car le film ne durera que quelques minutes à la TV aussi nous appelons les gagnants mais nous leur remettrons leurs lots plus tard.

Henri m’appelle car il est interviewé et je vais l’être ensuite. Pas de panique, je réponds tranquillement aux questions du journaliste…on verra bien. Estelle me dit que j’ai été naturelle et très claire dans mes réponses, super ! Nous verrons bien ce que ça donne à la télé.

La fête continue donc entre la remise des prix, la dégustation de toutes les gourmandises et bien sûr se poursuit par de la danse.

A 17h30, à contre cœur nous arrêtons la musique et nous sommes nombreux à ranger et nettoyer la salle. Cette 4ème édition du concours de la Saint Valentin a été un succès et Henri est très heureux. Nous le sommes tous  car nous avons passé vraiment un très bon moment de fête…..

 

Veloma

Bakely

Posté par Mission Mada à 22:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2017

Vendredi 17 février : atelier patisserie

P2170092

Manahoana,

Ce matin, j’ai prévu de faire des gâteaux et à ma grande surprise 2 jeunes filles sont venues m’aider. Je connais déjà Cina  car j’avais  passé du temps avec elle lors de mes deux premières missions à Mahazaza. C’est une jeune fille qui a des complexes par rapport à un problème de peau et elle est très timide. Dès qu’on s’intéresse à elle et qu’on fait abstraction de cela elle est très attachante.

Dès 7h30, j’achète tous les ingrédients nécessaires à l’échoppe la  plus proche de la maison qui se trouve à 2mn.Je fais un premier gâteau et ensuite Cina et sa sœur  m’aident et préparent même les gâteaux toutes seules. Je me contente de les guider et de faire cuire. Elles apprécient beaucoup de m’aider car c’est nouveau pour elles. Elles n’ont jamais fait de gâteau puisque dans leur famille il n’y a pas de four. Comme d’habitude Henri prend de nombreuses photos.

En fin de matinée, nous rendons visite à la famille de Cina. J’étais déjà venue avec Henri rendre visite à sa famille mais à chaque fois cela me fait un choc. Ils ont 4 enfants et vivent dans 2 pièces. Il s’agit d’une maison traditionnelle malgache sans eau  ni  électricité bien sûr et avec un toit de chaume. Ils sont d’une gentillesse exceptionnelle et ne cessent de remercier Henri pour tout ce qu’il réalise.  Le problème majeur évoqué par la mère est qu’à partir de 18h30, les enfants ne peuvent plus étudier car il fait nuit. Une des filles a été parrainée, aussi, Henri regarde son cahier d’école pour voir s’il elle travaille correctement et ainsi rendre compte à son parrain.

Environ trente enfants à Mahazaza ont déjà été parrainés grâce aux actions de l’association. Les frais de scolarité coûtent en moyenne l’équivalent de 35/40 € € par an dans le publique, dans le privé c’est un peu plus cher. Si vous payez des impôts, vous avez droit à  une réduction  d’impôt de 66% de cette somme  dans le cadre des dons aux oeuvres. Cela signifie que cela ne vous coûte que 13,60 € (pour des frais de scolarité de 40€), c'est-à-dire vraiment peu. Par contre cela représente énormément pour une famille Malgache et surtout cela permet  à un enfant d’aller à l’école. Les parents sont tout à fait conscients que l’avenir de leurs enfants passe par l’école mais malheureusement avec des revenus  équivalents à  30  à 45 € en moyenne par mois, certains ne peuvent pas débourser cette somme tout simplement.

Le souhait de l’association est de parrainer des enfants le plus tôt possible car ainsi on leur donne une chance de faire l’ensemble du cursus scolaire. Parfois, les familles n’ont pas les moyens d’envoyer tous les enfants à l’école donc certains restent aider les parents aux travaux des champs. Pour ceux-là l’avenir est très  incertain.

Rien de nous empêche de parrainer des enfants en cours de scolarité bien sûr.  Parfois des affinités se créent avec des jeunes à qui on a envie de donner une chance.

Si vous avez envie de faire une bonne action, n’hésitez surtout pas à m’en parler ou à contacter Henri, le Président de l’association Le Lémurien.

Dès 15h, nous terminons l’appréciation des 150 poèmes et dessins. Nous n’en revenons toujours pas du nombre important de participants. Je devrai ensuite saisir les notes puis nous devrons attribuer les lots aux 3 lauréats dans chaque catégorie. Nous tenons à faire les choses correctement car les enfants ont pris du temps pour faire leurs dessins ou écrire leur poème.

En fin d’après midi, nous rendons visite à d’autres familles dans le village et rentrons à la nuit tombée.

La journée de demain est chargée car le matin nous avons de multiples choses à préparer pour notre grande fête.

Bakely

P2170137

Posté par Mission Mada à 20:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Jeudi a- février: début des préparatifs de la fête

Manahoana,

 

Je viens juste de comprendre que très souvent les malgaches disent oui mais ils ne comprennent pas ce que vous dites. J’ai eu 3 informations différentes concernant le nettoyage du quartier. On m’a tout d’abord dit qu’il devait avoir lieu mardi, c’est pour cette raison que je ne suis pas allée au Collèuge Sainte Famille. Puis quelqu’un d’autre m’a dit qu’il devait avoir lieu aujourd’hui car il s’agit de la fête du collège et de nombreuses activités sont organisées.  Je vais donc voir à 7h30 et le gardien  me demande  de revenir à 9 h car il ne commence qu’à cette heure-ci. Lorsque j’arrive et que je rencontre la Directrice, elle me dit que le nettoyage a été fait hier mercredi et qu’aujourd’hui ce sont uniquement  les activités sportives !!

Bref, pas de nettoyage pour moi. J’en profite pour terminer la saisie des noms des participants au concours de la Saint Valentin.

Après le déjeuner, tous les membres du jury, à savoir  Estelle, Henri , Fano et Mr Bonheur sont présents et nous nous débutons la notation des poèmes et dessins.  Avec Mathieu, nous apprécions les dessins et les poèmes en Français et nos copains les poèmes en Malgaches. La tâche est rude mais nous passons un super moment. Nous arrêtons vers  18h pour reprendre le lendemain à 15h.

La  fin de la journée se passe de façon très conviviale en discutant de tout et de rien et nous sommes encore 10 à table ce soir. Il y a toujours autant d’ambiance à la maison des bénévoles et on  s’y sent vraiment très bien. On aimerait que le temps s’arrête.  J’ai envie de profiter de chaque instant car il ne me reste que 3 jours à Mahazaza. Je  commence déjà à appréhender mon départ.

Demain, je prépare les gâteaux car nous pensons qu’il va y avoir beaucoup de monde à la fête.

Bakely

 

Posté par Mission Mada à 20:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2017

Mercredi 17 février : ma dernière journée au collège Sainte Famille

P2150065Manahoana,

 

Eh oui le temps passe vraiment trop vite. C’était ma dernière journée au collège avec les enfants et les Sœurs Bénédictines. Ce matin, j’avais la classe de CM1 et les élèves ont beaucoup plus participé. C’était très agréable et les 2 cours ont passé très vite.

Comme d’habitude, nous sommes ensuite allées préparer le repas. Habituellement, le repas était copieux, mais cette fois c’était gargantuesque et en plus délicieux. Les Sœurs avaient mis les pti plats dans les grands. Après déjeuner, cette fois nous n’avons pas fait la vaisselle. Elles  avaient  préparé une surprise et des cadeaux. Le petit discours qu’a lu  la Sœur « en chef » était très émouvant. Il est vrai qu’en une semaine et demie c’est avec elles que j’ai passé le plus de temps puisque j’arrivais le matin à 7h30 et je repartais le soir après 16h. . De plus, il s’agit de personnes particulièrement attachantes, intéressantes et gaies. Nous avons bien sur échangé nos adresses. Par contre, l’envoi ou la réception de courrier ici à Mada est une chose complexe car comme je l’ai déjà évoqué dans mon blog, il n’existe pas de facteur. Je profiterai  donc du départ de nouveaux bénévoles pour leur faire passer un mot et des petits cadeaux.  

Nous avons ensuite travaillé un peu, je l’ai  ai invitées pour la fête samedi et 2 d’entre elles m’ont ensuite raccompagné jusqu’à Mahazaza.

Lors des concours précédents le nombre de participants se limitait à  une quarantaine la  1ère et la 2ème année.  L’année dernière Estelle et Fano ont organisé le concours en mon absence  et je crois qu’il y avait environ une cinquantaine de participants. Cette année, nous battons tous les records puisque nous en avons environ 150. Heureusement que nous avons réservé la salle de la cantine du collège. Par contre, il va falloir que nous prévoyions suffisamment à boire et à manger. Il ne s’agit que « d’amuse gueules » puisque la remise des prix est prévue à partir de 13 h  mais ce serait dommage que tout le monde ne puisse pas boire et grignoter un peu.

Demain, la journée va être chargée puisque le matin normallement je vais nettoyer le village avec les enfants, et ensuite nous devons continuer les préparatifs de la fête : terminer la saisie des participants, noter chaque poème et dessins , faire l’inventaire des cadeaux à remettre et faire les courses pour pouvoir faire des gâteaux et du jus vendredi .

J’ai donc intérêt à être en forme et donc de dormir un peu.

 

Veloma

bakely

 

 

Posté par Mission Mada à 05:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 février 2017

Mardi 14 février : la fête de la Saint Valentin s'annonce bien !

P2140030Manahoana,

C’est aujourd’hui la Saint Valentin, mais nous la fêterons samedi après midi puisque c’est à ce moment là que nous annoncerons les résultats du concours. A Mahazaza, si ce n’est le concours que j’ai instauré il y a déjà 4 ans, les habitants sont bien loin de cette fête très commerciale instaurée dans les pays riches.

La Saint Valentin, tombait pendant ma présence et c’était tout simplement un prétexte comme un autre pour inciter les jeunes à écrire en Français. Finalement, et afin qu’il y ait le plus de participants possible, nous avons accepté les poèmes en Français et en Malgache et pour les plus petits les dessins.

Finalement, je me suis trompée de jour, la fête des écoles et donc le nettoyage du village aura lieu jeudi et non aujourd’hui. Je n’ai pas le courage de partir à l'école Sainte Famille toute seule et « d’attraper » la 2ème heure de cours, aussi je m’accorde une journée de repos.

Le matinée est plutôt calme et je prends un peu le soleil avec Manda, le fils de la famille qui s’occupe de  la maison des bénévoles. C’est un enfant hyper actif et on ne s’ennuie jamais avec lui. Je vais aussi faire une ballade dans le village pour faire quelques courses car l’après midi j’ai prévu de faire des gâteaux.

Nous sommes encore nombreux à table à midi. Les Malgaches sont des gens très accueillants et si vous arrivez en fin de matinée il y a de fortes chances pour que vous restiez déjeuner. Nous serons 9  ce midi. Le principe est le même le soir. Si vous êtes à la maison vers 18h/19h non seulement vous resterez dîner mais également dormir. Il fait nuit tôt, vers 18h30 et compte tenu de l’état des routes,  parfois des pluies importantes le soir, et en plus si vous n’avez pas de moyen de locomotion vous n’avez pas d’autre choix. Heureusement, depuis mon dernier séjour, 3 lits superposés supplémentaires ont été installés. Ils occupent la pièce réservée habituellement aux petites fêtes et à la réception des jeunes qui viennent travailler avec les bénévoles.  Maintenant, lorsque nous accueillons des jeunes, nous allons à la bibliothèque qui est bien agencée et qui permet de recevoir pas mal de monde.

Par contre, maintenant il n’y a plus de pièce pour faire la fête et nous nous réunirons donc samedi dans la cantine du Collège de Mahazaza.

A la maison des bénévoles,  nous sommes souvent nombreux à table et la tâche de Tanjona n’est donc pas facile. Imaginez que vous deviez cuisiner tous les jours midi et soir au charbon et que vous ne disposiez ni de frigo, ni appareil ménager. De plus, dans la mesure où vous ne pouvez pas conserver les aliments, vous êtes obligés de faire le marché tous les jours (parfois 2 fois par jour). Et se rajoutent d’autres activités qui prennent également beaucoup de temps  telle par exemple le lavage du  linge à la main.

Fano, est arrivée en fin de matinée avec un grand nombre de poèmes et de dessins. Dès le repas terminé, nous nous mettons avec Fitiavana à compléter le fichier qui nous permet de lister tous les participants au concours. Nous avons un très grand nombre de participants , nous en sommes à 67 et souvent certains nous remettent leur poème la veille. Je fais travailler  Fitiavana car elle n’a pas fait d’informatique depuis que nous avions travaillé ensemble il y a deux ans. Ensuite nous préparons des gâteaux  (l’association dispose d’un four c’est un luxe) car je veux en apporter un demain au collège pour les Sœurs.

La soirée se termine autour d’un repas très copieux et très convivial comme tous les soirs.

Veloma

Bakely

Posté par Mission Mada à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2017

Lundi 13 février : quelques informations sur la discipline Malgache à l'école

P2130219

P2130220

P2130222Manahoana,

Départ ce matin pour le collège mais avec une petite différence concernant  la tenue de  « ma petite copine »  Mentrika, elle est habillée d’une jupe bleue et d’un chemisier blanc. Toutes les filles qui partent en direction de ce même collège portent la même tenue  et tous les garçons portent également une chemise blanche. Il s’agit de la première matinée de la semaine et cette tenue est exigée. Dès l’après midi, les élèves revêtiront leur blouse bleue marine. Ici, tous les enfants, de la maternelle jusqu’en 3ème portent   une blouse. Ce principe s’applique partout et cela jusqu’en terminale. La  couleur dépend de l’établissement qu’il soit privé ou publique. Ainsi, lorsqu’on croise des enfants en blouse bleu ciel on sait qu’ils vont au collège de Mahazaza et ceux qui portent une blouse rose se rendent dans un autre établissement.

Presque tous les  enfants portent  des sandales en plastique ou des tongues. Après les pluies diluviennes de la nuit dernière, ces  chaussures  sont les mieux adaptées.  En effet, les canaux entre les rizières sont gorgées d’eau et cela en est presque périlleux par endroit. Mais bon, à aucun moment Mentrika ne  inquiéte. Elle saute et court en permanence sur les rebords des rizières qui atteignent par endroit à peine cinquante centimètres de large. Elle connaît le trajet par coeur, comme tous les enfants qui empreintent cette direction. Ses chaussures sont  boueuses et pleine de terre rouge, elle en profite donc pour les laver en marchant dans les flaques. Avec mes basquettes, je ne peux pas en faire autant !!

La rentrée se fait à 7h30 et vers 7h35 environ, tous les élèves se mettent  en rang, par classe et  attention on ne mélange pas à l’intérieur d’un rang les garçons et les filles. Ils sont cote à cote Les élèves de classe de  primaire se mettent  en rang devant le bâtiment où se trouve leur classe et les élèves de la 6ème à la 3ème en font de même. Ils doivent se mettre bien droit et à la demande du Directeur ou d’un enseignant,  réagissent  à une sorte de « garde à vous » en réalisant certains gestes. Cela ne dure que quelques minutes et  les élèves entrent ensuite en classe selon un ordre bien précis.

Dans la matinée il y a deux cours, un premier jusqu’à 9h15, les élèves ont droit à une récréation d’un quart d’heure puis le deuxième cours de 9h30 à 11h. Les cours finissent tôt car il n’existe pas de cantine et de nombreux élèves  rentrent déjeuner chez eux. D’autres apportent leur repas. Les cours reprennent ensuite à 13h30.

S’agissant d’une école catholique, avant chaque cours, celui de 7h40 et celui de 9h30 en ce qui concerne  le matin, une prière est dite par un élève qui va au tableau. L’enseignant n’essuie jamais le tableau lui -même c’est un élève qui le fait. Il a également droit à un bonjour collectif et si un élève arrive en retard, ce dernier y a également droit  de la part de ses copains.  Dès la fin du dernier cours, plusieurs élèves balaient la classe et ferment les rideaux et les fenêtres.

Autre nouveauté du lundi, j’ai pu assister à la levée du drapeau malgache. C’est également un rituel du lundi matin et l’ensemble des élèves et des enseignants chantent l’hymne Malgache.

Par curiosité, j’essaierai de demander quelles sont les paroles.

Comme habituellement, à 11h, je rentre aider les Sœurs à préparer le repas. Mathieu est déjà là. Une fois de plus, nous passons un moment mémorable. J’adore les Sœurs du collège Sainte Famille …

Après une petite sieste, je travaille avec deux d’entre elles, et je rentre accompagnée de mes « amies préférées » de l’école.

En 2014 lors de mon premier séjour à Mahazaza j’avais fait la connaissance d’une jeune fille  particulièrement attachante et bonne élève. Nous avons pu échanger un peu à distance . Je l’ai retrouvée en 2015 et cette année elle est au lycée à Tana. Je lui avais préparé un courrier mais elle est venue passer quelques jours au village chez sa grand-mère. Aussi, en rentrant, nous sommes donc aller la voir. Cela m’a fait très plaisir de la retrouver et c’était réciproque. Nous avons donc discuté tout un moment et comme d’habitude, nous avons  pris des photos. Les Malgaches (jeunes  ou adultes) adorent les photos. Ca tombe bien, moi aussi !!

Demain, c’est la journée des écoles. Je vais rester à Mahazaza car à priori, nous devons nettoyer un peu le village en ramassant tous les détritus et je veux participer à cette action avec les jeunes.

 

Veloma

Bakely

Posté par Mission Mada à 20:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 février 2017

Dimanche 12 février: une journée de fête et d'émotion

P2120191Manahoana,

 

La matinée a été plutôt calme et ce midi j’étais invitée chez la maman d’Estelle ,  avec Daniel, un bénévole arrivée en même temps qu’Henri, afin de fêter  l’anniversaire d’Ando la   fille aînée d’Estelle. Nous étions 11,  et tout en dégustant un   repas somptueux, nous avons  passé un moment très agréable à échanger et rire.

Une fête de village avait lieu, comme à chaque fois lorsque je suis à Mahazaza et j’ai revu Vola, la personne qui tenait la maison des bénévoles lorsque je suis venue en 2014 et 2015. Cela m’a fait énormément plaisir de la revoir et elle aussi était  émue de me retrouver.  Entre temps elle a eu un 3ème enfant et après avoir discuté un peu toutes les deux,  nous sommes allées voir Ravo et Tendry ses filles. Lors de mes deux précédents séjours, Tendry était petite, mais j’avais passé beaucoup de temps avec Ravo avec qui je lisais  presque tous les soirs. J’avais aussi hâte de la revoir 2 ans après mais elle a fait sa timide. Je pense que lorsque nous nous reverrons dans la semaine, ça ira déjà mieux.

 

Demain, je reprends le chemin de l’école Sainte Famille pour 4 jours seulement car vendredi je commencerai à préparer la fête de samedi pour la remise des prix du concours de la Saint Valentin.

 

Bakely

Posté par Mission Mada à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2017

Samedi 10 février : c’est le week end et la journée est moins chargée

P2110132

P2110148

P2110137Manahoana,

En effet, les enfants n’ayant pas cours le samedi, nous ne sommes pas partis ce matin à l’Ecole Sainte Famille. Quelques  jeunes devaient venir de 8h à 10 h à la bibliothèque et nous l’avons donc ouverte à l’heure avec Mathieu. Les adolescents ainsi que les plus petits sont arrivés progressivement et nous avons été occupés jusqu’à environ 11h30.

Heureusement que nous étions deux car il est difficile de s’occuper sérieusement  d’un  trop grand nombre d’enfants.

Les jeunes qui font la démarche de venir à la bibliothèque sont demandeurs d’aide et ont le souhait de progresser en français pour réussir leurs études. Les plus petits eux, souhaitent simplement jouer entre eux ou avec nous avec les jeux mis à leur disposition.

Mathieu qui est à Mahazaza depuis le mois d’octobre a plein d’idée intéressantes  pour ouvrir la bibliothèque plus souvent. En effet, la mairie n’a pas les moyens de rémunérer quelqu’un pour s’en occuper et donc celle –ci n’ouvre que lorsque des bénévoles sont présents.

Mathieu a donc profité de la présence d’Henri pour lui présenter son projet. Espérons qu’il voit le jour car il y a de réels besoins et les familles se rendent bien compte de l’importance pour leurs enfants d’obtenir un diplôme.

L’après midi a été calme entre discussions, promenade et début de la saisie des noms des participants au concours du plus beau poème ou dessin de la Saint Valentin.

Ce soir, il pleut énormément. Depuis mon arrivée, les pluies sont importantes  tous les soirs. Nous avons beaucoup de chance car cela ne perturbe pas nos activités la journée. Et puis, c’est une très bonne chose pour les cultures qu’il pleuve autant. L’alternance de la pluie le soir et du  soleil la journée est très bénéfique aux cultures quelles qu’elles soient. Autre avantage, les coupures sont moins nombreuses et nous n’en avons plus le soir.

 

Veloma

Bakely

Posté par Mission Mada à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2017

Vendredi 10 février : ça y est Henri est arrivé

Manahoana

Ce matin, je suis partie à l’école avec  Mentrika. Elle n’a que 7 ans mais elle fait tous les jours matins et soir  le trajet jusqu’à l’école. Nous avons environ 35 à 40 mn de marche. Nous prenons notre temps et j’en profite pour prendre des photos. Les couleurs sont différentes touts les jours et changent en fonction de la luminosité et du temps. J’admire toujours autant ces paysages légèrement vallonnés ainsi que les rizières et les champs de culture diverses.

Ce matin, je reste avec Sœur Victoria et la classe de 10 ème puis je fais la connaissance d’un nouveau professeur Mr Odilon qui enseigne en classe de 7ème. Je lis un texte puis j’explique tous les mots ou expression que les élèves ne  connaissent pas ou ne semblent pas connaître. J’’avoue que j’apprécie plus car les élèves sont beaucoup plus à l’écoute et  moins turbulents. Ils sont également  beaucoup moins timides et n’hésitent pas à intervenir contrairement aux plus petits.

Mathieu nous a rejoint et nous avons droit à la présence des 5 sœurs qui nous ont préparé un véritable festin à nouveau. Pour notre goûter nous avons droit  à des « gâteaux » de bananes cuits dans les feuilles de bananier, c’est exquis (j’ai oublié le nom exact). Malheureusement, j’aurai du mal à vous en préparer en France. : Non seulement les bananes sont moins bonnes mais où vais-je trouver  des  feuilles de bananier ?

Nous rentrons vers 17 h pour travailler à la bibliothèque.

Tout le monde ici attend Henri. Il est vrai qu’il a fait énormément pour le village depuis la création de l’association Le Lémurien en réalisant  des actions depuis maintenant 20 ans.

Non seulement des actions  en France pour lever des fonds mais également des missions humanitaires réalisées par des bénévoles au sein de la commune de Mahazaza / Antanetibe.

Tous les bénévoles accueillis à Mahazaza souhaitent revenir. C’est parfois compliqué car pour les jeunes étudiants, le prix du billet d’avion est un frein. Pour tous ceux qui comme moi paye des impôts, le frein est moins important puisque nous bénéficions d’une réduction d’impôt non négligeable.

Quoi qu’il en soit, partager la vie des habitants de Mahazaza, passer du temps avec les enfants et faire de nouvelles rencontres aussi riches les autres que les autres, est une richesse qui ne se mesure  pas et qui n’a pas de prix. Je souhaite à tous ceux qui en ont envie de venir passer du temps dans ce village où le stress n’existe pas et où on prend le temps de vivre. Voir en permanence les enfants sourire alors qu’ils vivent dans des conditions très précaires  est un privilège et  cela permet de relativiser.

La soirée avec Henri a été animée autour d’une tablée de 8 personnes où nous avons beaucoup ri en racontant des histoires.

Mandrampihaon (à bientôt)

Bakely

P2100054

Posté par Mission Mada à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]