Ma mission à Mahazaza

14 mars 2019

Ca y est ma mission est terminée : vive les vacances !

Manahoana,

Ceci sera mon dernier message. En effet, j'ai créé ce blog pour partager mon expérience concernant mes missions à Mahazaza. Je suis maintenant en vacances et après ce 5ème séjour sur l'Ile rouge j'ai vraiment envie de découvrir l’île. En effet, à chaque fois que je suis venue pour une mission de 15 jours et je n'ai jamais pris le temps de voyager. Cette année, je voulais absolument aller voir l'allée des baobabs, site exceptionnel sur la cote Ouest de l’île. Ça tombe bien, les filles sont partantes également.

Cette 5ème mission m’aura bien évidemment encore beaucoup apporté. Le contact avec les sœurs du collège privé catholique Sainte Famille a été enrichissant  et je les admire.

J’ai fait de nouvelles rencontres, j’ai beaucoup échangé et j’ai surtout beaucoup partagé. Les

P3031052

P3031072

P3041164

P3051217

P3041137

dîners qui se terminent par des chansons, les discussions autour de thèmes récurrents sur la pauvreté, la corruption, la recherche de solution, les karaokés improvisés, les rires, les danses, les sourires des enfants, les embrassades, les étreintes, les câlins des enfants, les  larmes de joies, les larmes de tristesse, l’accueil des habitants des villages, leur joie de vivre  …j’ai apprécié chaque instant. Je suis venue «  pour donner  de mon temps » et j’ai reçu au centuple. Venir ici est une véritable  « leçon de bonheur » . Pendant au moins quelques temps, je vais bien évidemment relativiser lorsque je vais me plaindre de mes petits « bobos ». Bien sûr le naturel revient vite au galot mais quoi qu’il en soit, on revient toujours différent d’un tel séjour quelque soit l’objectif qu’on s’est fixé. Si un jour vous allez à Mada, vous comprendrez parfaitement et j’espère que comme moi vous aurez envie d’y retourner encore et encore.

Vive les vacances

Nous voyagerons donc du samedi 2 au jeudi 7 mars puisque je reprends l'avion dans la nuit du 8 au 9.

Nous partons en 4/4 avec un guide expérimenté et bien sûr Estelle nous accompagne.

Notre périple est le suivant : Antsirabe,  Betafo , Miandrivazo puis arrivée à Monrondava  dans l’après midi du 2éme jour. L’allée des baobabs, les baobabs  amoureux, la plage de Kimony, la presqu’ïle de Betania, le village de pêcheur. Visite de nombreux artisans : fabrique de marmites, d’articles en corne de zébus, fabrique de bonbons artisanaux, d’une broderie, bain chaud dans les termes, ballade en pousse-pousse, ballade au marché…et j’en oublie certainement.En rentrant à Tana, visite du parc de Tsimbazaza pour voir les lémuriens, nous ne pouvions bien évidemment pas repartir sans voir l’emblème de Madagascar, Nous avons passé des vacances mémorables, des moments de pur bonheur qu'il est toujours difficile de décrire. Nous en garderons toutes les 4 j'en suis certaine de très très bons souvenirs et nous pourrions en parler pendant des heures Ces vacances m'ont fait "rajeunir " de plusieurs dizaines d'années. Eh oui, les Alexia ont 20 ans. Nous avons prévu de nous revoir sur Nantes. Après avoir acheté le même collier, le même bracelet,  nous voulons nous faire tatouer le même  petit baobab !

Voici juste quelques photos car il va me falloir du temps pour  faire le trie entre les  quelques 1500 photos et films. Lorsque j’aurai réussi à le faire , je mettrai  un petit album que vous pourrez consulter et que j’intitulerai « photos de vacances « pour le distinguer de mes photos de mission. J’ai aussi envie de faire quelques agrandissements des magnifiques paysages de baobabs ou des rizières au coucher du soleil pour pouvoir  continuer à  voyager  tout en restant aux trois moulins !

J’espère  que vous ne vous êtes pas ennuyé à lire ma nouvelle aventure à Mahazaza et que cela vous a permis de vous évader un peu .

 

Veloma (au revoir)

Bakely (bisous)

Bon voyage !

 

 

Posté par Mission Mada à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 mars 2019

Vendredi 1er mars: ma dernière journée au collège

Manahoana,

 

Eh oui, ça y est ce soir ma mission se termine au collège Sainte Famille.

Ce matin j'ai un cours puis un autre à 14 h et ensuite je travaille avec soeur Françoise.

Ce matin Henry  décide de m'accompagner et comme il n'a pas plu depuis jeudi matin, il est possible de prendre le raccourcis à travers les rizières. Je connais mieux le chemin que lui et pourtant il vient 2 fois par an à Mahazaza !  Compte tenu de la pluie, cette année nous sommes très peu passées par là avec Mandrika et donc j'apprécie toujours autant les paysages. Evidemment Henry prend des photos comme d'habitude il ne peut pas s'en empêcher.

Avec la classe de ce matin, je dois apprendre aux enfants l'ensemble des termes concernant la toilette (dentifrice, brosse à dents, peigne, etc....) pas évident à expliquer mais je pense avoir réussi malgré tout.

L'après midi, soeur Elvine n'est pas là aussi je ferai le cours toute seule. Il s’agit de la classe de 8ème. Je leur  demande de reprendre leur cahier de Français et je poursuis les révisions sur la conjugaison et l’utilisation de l’auxilliaire être et avoir. Cet après midi ils sont hyper turbulants c’est impressionnant et je n’arrête pas de leur demander  d’arrêeter de bavarder et  de bouger. Au bout d’un moment, je n’en peux plus aussi, pour terminer l’heure, je fais une petite dictée. C‘est tout ce que j’ai trouvé pour les calmer, tant pis pour eux  mais ça marche, ouf !

Soeur Françoise m’attend à la fin du cours et nous travaillons donc ensemble jusqu’à 17h15. Que c’est agréable de travailler avec des personnes motivées pour apprendre , ça n’a  rien à voir avec les classes de 40 élèves bien évidemment.

A 17h15 je lui indique que j’arrête car comme c’est ma dernière journée je veux rentrer à pieds pour profiter encore des paysages et je ne veux pas prendre le risque de rentrer de nuit.

Je traverse une dernière fois le petit village d’Antanetibe et croise les même commerçants devant leur étales. Je  m’arrête même pour discuter avec Roland avec qui j’avais fait des plantations en 2014 ou 2015.

Les couleurs de la nature à cette heure-ci sont vraiment particulières et les rizières affichent un vert qu’on ne retrouve pas à un autre moment de la journée.

A l’avenir , je n’emprunterai plus cette route de la même façon en prenant mon temps et en évitant les ornières,  les flaques d’eau et de boue . Dans deux ans ,lorsque je reviendrai la route devrait avoir été refaite par les Chinois. J’ai donc dit à Estelle que si c’était le cas qu’elle me cherche un vélo pour aller au collège et ainsi je gagnerai un peu de temps.

Par conte, ce sera certainement plus dangereux car les Malgaches conduisent vraiment très mal que ce soit en voiture ou en skooter. Ici pas de code de la route et tout le monde fait ce qu’il veut. Pas besoin de BSR pour rouler en skooter non plus. On voit très souvent de très jeunes garçons conduire un skoot et bien sûr sans aucune protection. Compte tenu des fous du volant que je vais croiser, j’aurai certainement intérêt à porter un casque mais on risque de me regarder bizarement. Ici on n’a certainement jamais vu quelqu’un avec en porter un !

 

Lorsque j’arrive à la maison des bénévoles j’entends les filles chanter. Elles sont dans la bibliothèque et ont improvisé un Karaoké . Je les rejoints avant de préparer ma valise pour notre départ en vacances demain matin.

Henry nous rejoint puis quelques temps après Fano arrive également. Nous passons de délicieux moments à chanter et à rire tout en  filmant et en prenant des photos bien sûr. Je chante toujours aussi mal mais ça m’est totalement égal car ces moments sont tellement agréables et  inoubliables.

P2280844

P3010862

P3010880

P3010893

P3010910

es. Ce sont souvent ces moments improvisés qui s’avèrent être les meilleurs . Ma mission est terminée et j’ai hâte de partir en vacances. Nous dinons en famille , faisons notre valise et au lit. Demain, notre guide arrive tôt pour notre départ vers la cote Ouest.

 

Veloma

Bakely

Posté par Mission Mada à 21:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2019

Jeudi 28 février: Merikanjaka un magnifique petit village

P2280737

P2280752

P2280745

P2280778

P2280780

Manahoana,

 

Ce matin, je pars au collège à 6h30. Comme il pleut un peu je fais très attention à ne pas glisser et finalement je mets 1 heure pour arriver à l'école. Lorsque la première sonnerie retentit il n'y a presque pas d'élèves. Compte tenu de l'état des routes, ils ont tous mis plus longtemps à arriver comme moi.Finalement seulement 2 élèves de la classe de 9ème seront absents ce matin. La prof s'absente pour aller voir sa maman me dit-elle donc je commence le cours toute eule en revoyant le vocabulaire autour du thème de la pluie, c'est d'actualité. Finalement, elle arrive environ 20 minutes plus tard alors que je suis passée à des révisions sur le verbe être et avoir.

A 9h15 Rado vient me chercher en skoot car nous devons partir avec Henri et Estelle au village de Mérikanjaka qui se trouve à 5km. On nous attend certainement pour déjeuner et Estelle doit prendre en photo les 8 points d'eau qui ont été installés dans le village grâce à l'association.

Je ne suis pas du tout fière ce matin sur le skoot car comme d'habitude je suis toujours habillée aussi légèrement et si nous tombons c'est une catastrophe. Mais Rado est très prudent il sait très bien par où passer et ne roule absolument pas vite.

Finalement, Henri n'arrivera qu'à 13 h , vraiment les Malgaches ne sont pas ponctuels. J'aurais pû assurer le 2ème cours d'autant qu'il ne me reste qu'une seule journée au collège. Le temps passe trop vite, c'est affreux.

Nous partons donc vers 13h30 à pieds en direction de Mérikanjaka, village que je connais car j'y suis déjà allée en 2014. J'avais beaucoup aimé car sur le chemin qui mène au village les paysages sont différents,.Nous mettons 1h15 pour arriver et nous avons beaucoup de chance car il fait super beau. La région est vallonnée contrairement au village de Mahazaza qui est très plat. Il s'agit d'un village typique de Madagascar où les habitants n'ont pas l'électricité et ont dépuis peu accès à l'eau grâce aux réalisations de l'association. Les habitants sont pauvres et vivent principalement du travail de la terre. Nous passons également devant la nouvelle école primaire financée également par l'association .Au moins, les enfants peuvent être scolarisés sur place et n'ont pas besoin de faire plus d'une heure de marche pour aller à l'école. Par contre, comme il n'existe pas de collège les enfants n'ont pas d'autre choix que de se lever tôt et marcher jusqu'à Mahazaza.

Nous sommes accueillis très chaleureusment par René , quelques adultes et un groupe important d'enfants qui nous suivra tout l'après midi.

Comme d'habitude, nous prenons beaucoup de photos, vous l'aurez certainement compris mais les malgaches adorent prendre des photos et surtout être pris en photos. Certains habitants souhaitent que nous visitions leur maison, ils sont très conviviaux et souhaitent nous faire partager leur quotidien.

Alexia et Alexia ne sont pas déçues car elles ont apprécié de visiter ce village typique, les paysages de toute beauté et la chaleur et la convivialité de ses habitants.

Nous avons passé de très bons moments et nous repartons sous le soleil pour Mahazaza.

 

Demain, c'est ma dernière journée au collège et je vais dire au revoir aux soeurs et aux autres enseignants . Je dois repasser la semaine prochaine mais n'étant pas certaine de voir tout le monde je préfère leur dire au revoir demain.

 

Veloma,

bakely

 

Posté par Mission Mada à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2019

Jeudi 27 février : super journée entourée des soeurs

Manahoana,

 

Eh oui aujourd'hui j'ai passé ma journée entière avec les soeurs. Les cours de ce matin étaient des classes dont la maitresse est une soeur, je suis restée déjeuner avec elles et l'après midi nous avons travaillé ensemble.

Le premier cours était avec soeur Sabine qui a la classe la plus chargée de toute l'école à savoir 44 élèves de CP. Il en faut du courage et de la patience avec un nombre aussi important d'élèves.

Nous avons échangé à ce sujet avec Estelle car des travaux sont en cours au sein de la commune de Mahazaza Antanetibe non seulement pour améliorer les récoltes mais aussi concernant l'éducation des enfants. Une très grande partie de la population travaille la terre et arrive tout juste à nourrir sa famille. Avec la dernière crise, le prix du gobelet de riz (équivalent au besoin d'une personne) n'a cessé d'augmenter et vaut aujourd'hui 500 ariars. Ainsi , si la famille est composée de 5 ou 6 personnes faites le calcul à raison d'une ration de riz 2 à 3 fois par jour.

Le groupe de travail et d'échange est composé des chefs de village, des maires et des personnes influentes et impliquées dans la vie locale dont fait partie Estelle à travers l'association le Lémurien.A l'heure actuelle la commune compte 9082 habitants regroupées dans 19 villages et devraient en compter 13700 en 2033. L'objectif est que chaque village possède une école primaire car de nombreux enfants font énormément de marche à pieds pour aller à l'école et certains n'y vont pas parce celle-ci est trop éloignée. Chaque village devrait également posséder un collège et les lycées éxistant devront être aux normes. Un lycée s'est ouvert en 2014 à Antanetibe qui se trouve à environ 2 ou 3 kms mais avant cela le plus proche lycée était à Mahitsy soit à 9 km. Il existe bien des taxi brousse entre Mahazaza et Mahitsy mais la plupart des familles n'ont pas les moyens de le payer et la durée du transport est beaucoup trop longue compte tenu de l'état des routes.

Espérons que ces travaux contribuent à l'émélioration des conditions de vie des habitants.

Les deux cours ce matin se sont bien passés et j'ai rejoint les soeurs comme prévu pour le déjeuner. Tout était très bon comme je m'y attendais et particulièrement l'ananas qui à cette époque de l'année est présent en très grande quantité sur les étales. J'espère pouvoir en rapporter en France.

Après déjeuner je suis retournée voir le jardin car y poussent des arbres et des plantes qu'on ne trouve pas chez nous. Vous verrez en photo, l'arbre qui donne les pamplemousses, celui qui donne les avocats et le magnifique arbre des voyageurs. Les soeurs veulent que je repasse les voir avant mon départ en france car elles veulent me donner des grenades. Je connais quelqu'un qui adore ça, il se reconnaitra !

A cette époque de l'année, en dehors des ananas, des bananes et des grenades, il y a très peu de fruits. Les pamplemousses, les oranges, les kakis, les mangues ne seront murs qu'à la saison sèche vers août / septembre. On ne peut pas tout avoir en même temps c'est comme chez nous.

L'après midi nous travaillons ensemble autour de dialogues me permettant de revoir la construction des phrases, du vocabulaire et de la grammaire. Après un goûter composé d'un gâteau à la banane et d'un jus de grenade le tout fait maison bien sûr, je rentre à la maison.

P2270677

P2270678

P2270682

P2270686

P2270705

 

Pour demain, j'ai dû annuler des cours car nous devons partir à Merikanjaka. Comme nous ne partons que vers 10 h, j'irai faire un seul cours le matin. Henri doit arriver dans la matinée et nous partirons tous les 5 avec "les Alexia" et Estelle à pieds à travers les champs. J'y étais déjà allée en 2014 lors de mon premier séjour ici et j'avais beaucoup aimé ce petit village très typique. Depuis, l'association a permis la construction d'une école primaire, des adductions d'eau et des puits.

 

Je vais devoir me coucher tôt car je vais faire plusieurs heures de marche demain. Espérons qu'il ne pleuve pas.

 

Veloma,

bakely

 

 

 

Posté par Mission Mada à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mardi 26 février: que c'est compliqué le français !

Manahoana,

 

Ce matin, j'enchaine deux cours, l'un avec les 9ème et l'autre avec les 11ème. Les élèves de primaire ont cours de 7h 45 à 9h15, ont ensuite une grande récréation d'une demie heure puis cours de 9h45 à 11h. Imaginez des petits bout 'choux de 6 ans qui doivent rester concentrés pendant 1h30. C'est beaucoup leur demander. Les enfants Malgaches sont très timides mais très très bavards.

Je regrette de ne pas avoir apporté de livres de grammaire et conjugaison car parfois j'ai des doutes. Il y a deux ans, les soeurs avaient un manuel pour les math, la grammaire, la conjugaison, etc.. et j'avoue que lorsque tous les après midi je travaillais avec elles, je les ai consultés à plusieurs reprises car certaines règles grammaticales m'ont échappé.

Mon rôle est d'assister le professeur en l'aidant dans son cours particulièrement pour la prononciation, pour la construction des phrases, pour le vocabulaire et la grammaire.

Ce matin, à la première heure de cours, de nombreux élèves arrivent en retard. Je n'en reviens pas de la politesse des élèves. A chaque fois que l'un deux arrive en retard, il frappe à la porte, les élèves lui ouvrent la porte, se lèvent et lui disent bonjour avec son prénom. L'élève en retard, répond bonjour mes amis et leur demande de s'asseoir. Il me dit bonjour ainsi qu'à sa maitresse . A la fin du cours, les élèves me remercient et remercient également le professeur.

Un seul enfant est absent au premier cours et je demande au professeur s'il est malade. L'enseignante m'indique qu'il est absent car il n'a pas payé "l'écolage" comme on dit ici , c'est à dire les frais de scolarité.S'agissant d'une école privée, les élèves doivent payer des frais mensuellement qui sont enregistrés dans un cahier dont je vous ai parlé le 1er jour . Pour le primaire ces frais sont de 10000 ariars (3,5 €) et pour le collège de 12000 ariars (4,2€) . Cela peut vous sembler dérisoir mais il faut avoir en mémoire que le revenu moyen des malgaches est d'environ 30 à 35 € par mois lorsqu'ils trouvent du travail. La pauvreté est telle que 80 % des Malgaches vivent avec moins de 1,67 € par jour (dixit le routard édition 2018/2019).

La famille doit régler les 10000 ariars au plus tard le 5 du mois pour le mois précédent. Si les frais n'ont pas été réglés l'école relance la famille et si en milieu de mois la dette n'est pas régularisée l'enfant est exclu. Il réintègre l'école lorsque la famille a tout réglé. Cela me semble tellement injuste d'autant que les enfants adorent aller à l'école. Si vous avez envie de faire un heureux, dites le moi et je vous trouverai un filleul dans la commune de Mahazaza / Antanetibe. En donnant 40 € par an, cela couvre l'ensemble des frais de scolarité, les deux livrets obligatoires "Eduction à la vie et à l'amour" et "le cahier de religion" qui coutent 5000 ariars chacun en ce qui concerne l'école Sainte Famille ainsi que quelques fournitures scolaires. Si comme beaucoup d'entre nous, vous payez des impôts, ces 40 € sont à classer dans la rubrique "dons aux oeuvres" qui ouvre droit à une réduction d'impôts de 66 %. Ainsi vous ne payez réellement qu'environ 14 €.

Cette première heure de cours passe très vite et après la récréation, j'enchaine avec la classe de 11ème avec soeur Sabine. Les élèves sont également très respectueux vis à vis des soeurs mais toujours aussi bavards.

Après déjeuner, j'ai rdv avec soeur Françoise, elle souhaite que nous fassions de l'informatique. Tout d'abord elle veut me montrer une imprimante car elle ne sait pas la faire fonctionner. Il s'agit d'un très vieux modèle Canon qui n'a rien de compliqué et donc je lui montre et lui écrit comment l'utiliser. A savoir, comment mettre le papier pour faire des copies en noir ou en couleur et comment réaliser un recto- verso. Il n'y a presque plus d'encre donc je lui note les références des cartouches afin qu'elle puisse aller les acheter. Par contre, elle n'en trouvera pas dans les environs, elle sera obligée d'aller à Tana. Je lui propose de venir les installer avant mon départ lorsque nous serons rentrées de vacances. Le remplacement des cartouches n'est pas évident donc je préfère lui montrer et ainsi la prochaine fois elle saura le faire toute seule.

 

P2260651

P2270672

P2270674

P2270660

P2230352

Nous allons ensuite dans la salle informatique. Je crois que les modèles qui sont présents ( il y en a environ 6 ou 7 ) datent d'il y a 30 environ. ! Je les allume tous et aucun ne fonctionne. Pourtant, la soeur insiste en m'indiquant que l'un d'entre eux fonctionne. Après insistance et beaucoup de patience pendant environ 1 heure, j'arrive enfin à créer un fichier word mais l'ordinateur plante. Je propose donc à Soeur Françoise de passer à autre chose.

Pour terminer notre séance, nous travaillons donc sur du vocabulaire et des formulations de phrase. Lorsque je dois expliquer pourquoi on dit aller chez le dentiste, aller à l"école, mettre ses mains dans son dos et mettre ses chaussures aux pieds, je cale...que le français est difficile !

Demain, j'ai à nouveau deux cours le matin, je me lèverai donc à nouveau à 6h. Par contre, je ne rentrerai pas déjeuner à Mahzaza car les soeurs m'ont proposé de rester déjeuner avec elles. Nous cuisinerons et déjeunerons ensemble. Ensuite, comme mercredi dernier, je travaillerai avec toutes les quatres. Dans deux ans lorsque je reviendrai je n'oublierai certainement pas d'apporter des livres de Français.

 

Veloma,

Bakely

Posté par Mission Mada à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 février 2019

Lundi 25 février : reprise du chemin de l'école

Manahoana,

 

Après un très agréable week end festif et de détente, je reprends le chemin de l'école ce lundi. Je pars donc à pieds comme tous les matins. Comme je suis un peu en avance, je marche doucement et j'en profite pour regarder les cultures dans les champs. Nous sommes en pleine saison des pluies et c'est également la saison la plus chaude .Elle commence environ en octobre/novembre et se termine environ vers mars. Depuis quelques temps aussi ici, le climat est également bouleversé. En effet, je vis mon 5ème séjour à Mada, toujours à la même période de l'année et je n'ai jamais eu autant de pluie. De plus, lorsqu'il se met à faire chaud, la chaleur est ettouffante avec un taux d'humidité au maximum. La saison sèche qui inclu l'hiver austral s'étend du mois d'avril à octobre et il fait beaucoup plus froid pendant les mois de juillet et août. A priori, les températures peuvent descendre jusqu'à 8 degrés et les Malgaches mettent plusieurs couches de vêtements, des bonnets, des gands, etc..car ils craignent énormément le froid. De plus, il n'existe pas de chauffage dans les maisons bien évidemment.Par contre, d'une région à l'autre le climat est différent et donc les températures aussi. Certains sites ne peuvent être visités pendant la saison des pluies car totalement inaccessibles. Personnellement j'aurais aimé visiter le parc national des Tsingy de Behamara mais les pistes ne sont accessibles qu'en saison sèche . Cest le même problème concernant la descente de la Tsiribihina ainsi que la descente en pirogue de la rivière Manambolo. Dommage pour nous mais ce n'est pas grave, je reviendrai bien sûr.

Dans les champs on trouve donc en ce moment, du maïs, des haricots blancs, du manioc qui commence à pousser, des arachides, des pois et bien sûr les rizières qui en fonction de l'heure de la journée affichent un vert différent. Je ne me lasserai pas de les regarder. De plus, je trouve ces paysages reposants.

Après une semaine de cours à emprunter le même trajet tous les matins, je croise maintenant les mêmes personnes et repète sans cesse Manahoana. Ce matin, j'ai même fait la conversation avec une femme qui marchait dans la même direction que moi.

Sur les photos, vous constaterez que les enfants aujourd'hui revêtent leur plus beau costume ainsi qu'une cravate. En effet, le lundi ils ne portent pas leur traditionnelle blouse bleue mais une juppe bleue pour les filles , un pantalon pour les garçons ainsi qu'une chemise blanche et une cravate bleue.

L'après midi, je suis de repos et j'en profite pour bouquiner au soleil. Depuis mon arrivée, je n'ai pas encore eu le temps de m'allonger. Par contre, on passe des nuages au grand soleil et sans m'en rendre compte j''attrape quelques coups de soleil. J'avais prévu la biafine, ouf je suis sauvée.

 

Demain, c'est une longue journée, j'ai cours toute la matinée et l'après midi je dois faire de l'informatique avec Soeur Françoise.

 

Veloma,

Bakely

 

 

P2250636

P2250640

P2250645

P2200144

P2220325

Posté par Mission Mada à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2019

Dimanche 24 février : détente au par de Mila Soa

Manahoana,

 

René, le maire de la commune de Mérikanjaka , un des 19 villages que compte la commune de Mahazaza – Antanetibe a organisé une sortie dans un parc. En effet, il veut remercier toutes les personnes qui participent à l'accueil les bénévoles . En effet, la plupart des femmes et enfants qui nous accueillent vient du village de Merikanjaka qui se trouve à environ 1 h /1h15 de marche. De plus, il a convié également les gagnants au coucours de la Saint Valentin ainsi que Alexia et Alexia et moi-même. L'objectif est de leur faire découvrir un endroit où ils ne sont jamais allés mais également Henri souhaite leur montrer ce qu'il est possible de faire en matière d'accueil et d'aménagement dans un village.

Les deux taxi brousse sont arrivés vers 6 heures comme prévu mais nous ne partons que vers 7h30. Vous l'aurez compris la ponctualité n'est pas une qualité ches les Malgaches.

Nous partons à deux taxi brousse et nous sommes 55 en tout. Lorque je monte à l'avant du mien, cela me rappelle mon premier voyage en taxi brousse en 2014 entre Mahazaza et Mahitsy mais je crois que celui-ci est encore en plus mauvais état. Il est intégralement rouillé de l'intérieur . Aucun des cadrans du tableau de bord ne fonctionne que ce soit la vitesse ou la jauge, la porte du passager ne s'ouvre pas de l'intérieur et le pire, il y a des trous sous les pieds du conducteur et on voit la route. Les fils sous le volant sont à nu, et la pédale de frein tient avec un bout de tissu. Il n'y a évidemment pas de ceinture de sécurité et je m'apercevrai en rentrant l'après midi que les essuis glace ne fonctionnent pas. J'ai mis des photos dans mon album intitulé février 2019, vous pourrez constater par vous même.

Je m'installe à l'avant pour avoir une meilleure vue. Lorsque je suis arrivée au village dimanche dernier avec Estelle en taxi, je n'avais pas trop fait attention à la route puisque nous avons beaucoup discuté pendant notre voyage. Là je me rends compte finalement, qu'elles sont encore en plus mauvais état qu'il y a deux ans. Les ornières sont immenses. De plus comme il a beaucoup plu, il faut faire du slalum afin de ne pas s'embourber.Le taxi brousse avance environ à l'allure d'un bon marcheur sauf sur les tronçons quasi inexistants où la route est à peu près pratiquable.

Nous traversons Antanetibe et le village a une autre allure que lorsque que je le traverse le matin vers 7h en allant au collège. Presque toutes les petites épiceries du bord de route sont fermées et il n'y a pratiquement pas d'étales. Les Malgaches sont très croyants et le dimanche en général ils vont à l'église en famille.

A l'entrée de Mahitsy, j'appréçois la pancarte "Tonga Soa" signifiant bienvenue. J'aime beaucoup cette pancarte, j'essaierai de la prendre en photo une prochaine fois.

Entre Mahazaza et Mahitsy il n'y a quasiment pas de voitures qui circulent en dehors de quelques 4/4 détenus par des propriétaires d'élevage de poules pondeuses ou de riches propriétaires terriens. Nous rencontrons surtout de nombreux marcheurs bien sûr, des personnes en vélo, en skooter et motos et des charrettes tirées par des zébus. On comprend donc facilement pour quelle raison il n'y a aucun panneau de circulation.

Après Mahitsy, nous empruntons un tronçon goudronné et pouvons enfin rouler normallement.

Sur ce tronçon, il y a quelques panneaux de circulation mais ici personne ne les respecte, on roule n'importe comment. Par contre, certains motocyclistes portent un casque. Jusqu'ici je n'en avais pas encore vus !

Nous arrivons après environ 1h30 de route et je suis bien contente de pouvoir sortir car j'ai horriblement mal aux fesses. Eh oui, les sièges du taxi brousse sont horribles et complètement pourris. Mais bon nous sommes arrivés sains et saufs !

Nous allons passer la journée dans le parc Mila Soa, centre de loisir, de sport et de détente et c'est l'association qui offre cette journée . Nous arrivons au village qui semble très animé et nous passons à coté de l'usine Eau Vive. Eau Vive est la marque d'eau en bouteille la plus vendue à Madagascar . Henri nous a demandé de prendre notre maillot de bain car à priori, il y a une piscine. Il s'agit d'un parc très agréable où sont installés des bungallow et des airs de jeux pour les enfants (tap cul, trempoling, tobogants, terrain de basket, etc...Les enfants sont très heureux et ils se pressent tous pour sauter dans le trempoling.Par contre, on oublie la piscine car il faut payer l'entrée en plus de l'entrée du parc et le prix est totalement prohibitif puisque cela représente plus que l'équivalent d'une journée de travail.

Le matin en arrivant Henri avait commandé des repas au marché et une fois notre repas récupéré nous faisons un véritable festin et tout le monde mange avec grand plaisir au grand air. Le repas est animé bien évidemment et je me place à coté de plusieurs jeunes filles qui souhaitent parler français.

Dans l'après midi, Henri a réussi à négocier pour que nous puissions danser dans une salle prévue à cet effet et nous nous éclatons donc sur les musiques Malgaches qui nous sont désormais familières.

Nous quittons les lieux vers 17h pour rentrer cette fois sous un grand soleil alors qu'habituellement à cette heure-ci il pleut. Tant mieux car compte tenu de l'état des routes, du super état du taxi brousse et de l'absence d'essuies glace, je pense que je ne serais peut-être pas restée à l'avant !!

P2240523

P2240542

P2240592

P2240556

P2240534

Cette journée nous a tous épuisés et le soir nous nous couchons donc plus tôt. De plus, demain lundi je reprends le chemin de l'école avec une semaine assez chargée . J'ai cours lundi matin, mardi et mercredi toute la journée, jeudi j'ai un cours à 7h45 puis nous partons au village de Merikanjaka à 10 h car René le maire nous y attend. Vendredi j'ai également cours mais à priori ils seront peut-être annulés car c'est la fête des écoles. Je verrai bien. D'ici là Veloma, et

Bakely

 

 

Posté par Mission Mada à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Samedi 23 février: vive la fête de la Saint Valentin

Manahoana,

 

La fête en fait a débuté dès qu'Henry est arrivé hier soir à Mahazaza. Dès qu'il est là, il y a encore plus d'animation à la maison des bénévoles. De plus, de nombreux villageois passent le voir.

 

P2220337

P2230367

P2230412

P2230448

P2230469

Ce matin, comme nous ne travaillons pas tout le monde traine un peu et nous ne commençons à préparer la salle que vers 10h. La fête est prévue à 14 h dans la salle de la bibliothèque. Chacun s'active pour que tout soit prêt mais malheureusement alors qu'il ne pleut pas encore l'électricité est coupée. Il faut donc trouver un groupe électrogène pour pouvoir animer la fête et danser. Les Malgaches n'anticipent absolument pas mais par contre, ils savent se débrouiller en cas d'imprévu. Ce n'est donc que vers 15 h environ que la fête débute. Nous n'avons pas terminé d'appeler les gagnants au concours et de distribuer les prix qu'un orage arrive et qu'il se met à pleuvoir. Heureusement que nous avons préparé la salle car nous n'aurions pas pu tous tenir sous le préau.

Non seulement les 6 premiers dans chaque catégorie, (poême en français, poêmes en malgache et dessin ) ont eu un lot significatif mais nous avons pu également offrir un cadeau à tous les autres participants. Tout le monde est heureux et je le suis également car je ne pensais pas que ce concours que j'ai organisé pour la première fois en 2014 aurait toujours autant de succès tous les ans. Même lorsque je ne suis pas là, mes amis l'organisent. C'est une occasion de voir surtout les jeunes des villages de la commune et d'échanger sur les réalisations de l'association. Ici tout le monde connait l'association Le Lémurien de Madagascar car elle a beaucoup oeuvré pour plusieurs villages autour de Mahzazaza. Entre la construction de l'école primaire, les adductions d'eau, la reforestation, les cours de français donnés par les bénévoles, etc les projets sont multiples.

Nous distribuons les gâteaux que j'ai fait depuis jeudi ainsi que d'autres friandises et boissons. La pluie ne cesse pas et d'ès qu'une acalmie arrive une grande partie des fêtards se sauve et nous restons un petit groupe à danser.

Certains trainent encore un peu et la soirée se terminera autour d'un bon repas préparé par Tanjouna. Comme il pleut, certains amis présents ne peuvent pas rentrer chez eux compte tenu de l'état des routes. Ce soir nous sommes 15 à diner et autant à rester dormir. L'hospitalité Malgache n'est plus à démontrer. Heureusement il y a 4 chambres et dans la notre des lits superposés donc tout le monde a bien un lit.

Après un diner animé nous nous mettons à chanter et la soirée se poursuivra ainsi en chanson et en rires.

 

Veloma

Bakely

Posté par Mission Mada à 13:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2019

Vendredi 22 février : Henri est parmi nous

Manahoana,

 

Hier soir nous avons eu droit à un gros orage et énormément de pluie. C'est mon 5ème séjour à Madagascar et je n'avais jamais eu autant de pluie. Par contre, ce matin dès 8h il fait super beau et je suis donc obligée de prendre un chapeau et de mettre de la crême solaire.

Je pars au collège plus tard puisque je ne participe au cours de français qu'à 9h45 avec la classe de 10ème de 31 élèves. Ce n'est pas la classe la plus nombreuse à laquelle j'ai participé, je crois que c'était celle des 9ème avec 41 élèves.

Il y a 2 ans, dans mon blog, j'avais intiutlé un message " bon courage aux enseignants Malgaches". Je pourrais faire exactement la même chose cette année, mais ce ne serait qu'une redite.Les professeurs ou les soeurs ont peu de moyens, j'ai l'impression qu'ils sont peu formés et ils ont des classes surchargées. Franchement je leur tire mon chapeau !

En arrivant la soeur Supérieur m'a fait visiter la bibliothèque. Je l'avais déjà vue il y a deux ans mais il y a toujours aussi peu de livres. Il faut vraiment que j'en récupère et ce sont surtout des livres de français dont ils ont besoin.

Je devais faire cours l'après midi mais le cours a été annulé. Je rentre donc à la maison et l'après midi nous préparons la fête de la Saint Valentin qui a lieu demain.

Tout se passe dans la bonne humeur comme d'habitude avec beaucoup d'échanges et de rire. Je prépare 2 gâteaux supplémentaires pour demain.

Les échanges sont encore plus animés dès qu'Henri fait son apparition à Mahazaza en soirée.

Nous dinons avec en fond sonor une forte pluie. Nous espérons qu'il fera beau demain pour notre fête de la Saint Valentin, la 6ème édition déjà !

 

Véloma

Bakely (bisous)

 

P2200127

P2200142

P2200119

P2210318

P2220321

Posté par Mission Mada à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jeudi 21 février : le enfants adorent les petites voitures !

Manahoana,

 

Ce matin, je ne vais pas au collège Sainte Famille. Nous avons prévu avec Alexia et Alexia d'aller à l'école maternelle qu'a ouvert Fano pour lui donner tout ce que j'ai rapporté pour les enfants et les enseignants. En tout ce sont environ 35 kg de divers jeux et jouets.

L'école Le Nouvel Eden a ouvert ses portes lors de la dernière rentrée des classes en octobre. Ils sont 8 petits entre 3 et 4 ans pour le moment mais Fano prévoit bien sûr de créer des classes de 11ème, 12ème , etc...jusqu'à la 6ème puisqu'il y a de la demande. Les écoles privées sont réputées pour donner un meilleur enseignement et une meilleure éduction mais peu de famille vivant à la campagne ont les moyens de payer les frais.

Cependant compte tenu des problèmes pour trouver un travail et de la pauvreté à Madagascar, des famille se sacrifient malgré tout pour pouvoir mettre leurs enfants dans ce type d'écoles.

Nous partons toutes les trois à pieds et méttons environ quarante minutes pour arriver.

Fano nous présente les enseignantes et les enfants et nous commençons à leur donner ce que nous avons rapporté et qui m'a été donné par mes amies. Martine, Florence, Céline et Catherine. Nous les laissons ouvrir les boites afin qu'ils découvrent les jouets petit à petit. Nous commençons par les pulzes afin de faire participer les enfants, et enchainons avec les colliers de perles. Les enfants apprécient ces nouveaux jeux. Nous découvrons leur plus grand sourire lorsqu'ils ouvrent un gros colis contenant des poupées, des peluches et une boite avec de nombreuses petites voitures. Quatre des sept enfants présents veulent absolument récupérer le maximum de voitures. Ils sont fous de joie et les enseignants bien évidemment également.

Les 2 enseignantes et Fano nous remercient en découvrant tous les jeux d'éveil préparés avec soin et amour par Martine. Leur travail va être facilité et de nombreux enfants vont pouvoir en bénéficier.

L'école se termine à 11h et Fano souhaite que nous attendions que les parents viennent chercher les enfants avant de partir. Ils découvrent l'ensemble des dons et nous avons droit à un remerciement de leur part qui nous donne les larmes aux yeux. La maman d'une élève qui parle au nom de toutes nous fait comprendre qu'il n'y a pas de mot suffisamment fort pour exprimer leur reconnaissance et leur remerciement pour tout ce que nous avons apporté. Nous sommes touchées.

Cette matinée se termine par un gôuter et bien sûr comme d'habitude avec de nombreuses photos.

Oui, les Malgaches aiment toujours autant les photos !

Nous rentrons déjeuner chez nous (à la maison des bénévoles) et moi je repars vers 13h30 pour l'école Sainte Famille pour participer au cours de français de la classe de 11 ème avec soeur Sabine.

P2210156

P2210186

P2210193

P2210236

P2210210

Pas de coupure éclectrique ce soir malgré la pluie comme tous les soirs.

Veloma

Posté par Mission Mada à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]